Eco Tech

EDF Pulse 2016, découvrez les finalistes de la catégorie ville bas carbone !

Les 6 start-ups qui sont arrivées en finale de la 3ème édition des Prix EDF Pulse sont maintenant connues. Cette année, ce concours propose trois catégories qui sont l’E-santé, la Ville bas carbone et l’Habitat connecté. Concernant la catégorie « Ville bas carbone », Kawantech et Vertige se sont démarquées. Ainsi, le public aura à voter le projet de leur choix d’ici le 10 mai. Le premier a créé Kara qui est un dispositif d’éclairage permettant de réduire la consommation d’énergie. La seconde start-up est à l’origine de Mon toit vert. Notons que le gagnant sera l’innovation qui aura séduit le plus de monde et marquera l’avenir électrique. Voyons de près les détails concernant ces projets.

Kara, la conception de Kawantech pour garantir un éclairage économe

Kara est un capteur conçu par Kawantech. Sa mission est d’analyser et de détecter les mouvements à proximité des luminaires publics dans un rayon de 35 m environ. Avec ces données et notamment la distinction de la source du mouvement (voiture, piéton, cycliste…) ainsi que l’analyse de leur vitesse, le luminaire pourra assurer la commande d’une source lumineuse à LED qui adaptera ainsi son intensité. Grâce à cela, un piéton profitera d’une luminosité optimale, quand un véhicule ne sera que faiblement éclairé par exemple. Un système qui permet l’économie d’énergie et l’amélioration du confort de chaque usager. La société Kawantech l’a développé en partenariat avec la ville de Toulouse. Cette technologie permet de réaliser deux tiers d’économies d’énergie. Une donnée significative sachant que l’éclairage public représente 41 % de la facture électrique des collectivités. Grâce à ce procédé, il est sûr qu’on se dirige vers une société plus durable.

kara
Découvrez le projet KARA en BD

Montoitvert, le choix parfait pour toute personne soucieuse de l’environnement

Si vous cherchez un équipement naturel permettant de consommer moins d’énergie, la toiture végétalisée est le choix idéal. Grâce à ses kits faciles à mettre en place, Montoitvert permet aux toits des villes et des campagnes de s’offrir une empreinte durable. Les dalles à disposer sur le toit sont constituées de 5 à 10 sédums, des petites plantes rampantes idéales pour les toits végétaux qui permettent d’isoler le toit et d’en augmenter l’étanchéité, et offrent une protection thermique et acoustique. Un programmateur permet de gérer les cycles d’irrigation (une quinzaine de minutes d’arrosage par jour) et un capteur d’humidité déclenche automatiquement ces cycles lorsque le taux d’hygrométrie est insuffisant pour les plantes. Basée à Bordeaux, Vertige a conçu ces tapis de prêt-à-poser végétal pour les toitures. La réduction de la consommation énergétique liée à l’isolation des bâtiments et l’amélioration de la qualité de l’air des villes rendent pertinents ce type de toits. Son innovation ? Une caissette en fibres végétales. Posée sur les tapis d’irrigation, elle contient les parcelles de couverture végétale de sédum, une plante grasse très résistante. Le matériau, du chanvre recyclé est biodégradable en deux ans, le temps que le sédum s’enracine. Soulignons à ce propos que c’est le premier support en fibre végétale. En général, la plupart des entreprises dans le secteur utilisent le plastique.

mon-toit-vert
Découvrez le projet MON TOIT VERT en BD
  • Découvrez les projets en BD et votez sur pulse.edf.com jusqu’au 10 mai !

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !