Des chercheurs de l’Université RMIT en Australie ont trouvé une solution à la pollution des mégots de cigarettes. Une solution qui utilise le recyclage des déchets et qui permet d’économiser de l’énergie.

L’utilisation des déchets matériaux dans le domaine de la construction est de plus en plus courante, allant de la production de briques de carbone négative aux panneaux modulaires pour les toits fabriqués à partir d’emballages recyclés et de déchets agricoles. Le principal problème de toutes ces initiatives semble être la viabilité à grande échelle. En effet, la plupart des ces idées ne sont qu’au stade de développement, de prototype ou de collecte de fonds. Une recherche récemment publiée par une équipe de l’École de génie civil, environnemental et chimique de l’Université australienne RMIT pourrait apporter une solution durable au problème de pollution créé par les millions de tonnes de mégots de cigarettes qui sont jetés par an.

Les mégots de cigarettes se dégradent très lentement, et durant ce processus, ils libèrent une grande variété de produits chimiques et toxiques. Cependant, lorsqu’ils sont incorporés dans l’argile que l’on utilise pour la fabrication de briques, ces mêmes propriétés deviennent utiles. Les toxines présentes dans les cigarettes brûlent  à des températures très élevées au cours du processus de mise à feu, ce qui réduit l’énergie nécessaire à la production jusqu’à 58%. Les briques qui contiennent des mégots de cigarettes sont également plus légères et offrent une meilleure isolation. La totalité de la production mondiale annuelle de cigarettes pourrait être compensée si au moins 3% de toutes les briques sont produites en les mélangeant avec des déchets.

Quels sont les autres principaux déchets urbains qui pourraient être réorientés ?

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici