Eco Finance

Les nouveaux paradigmes anti-systèmes qui rapportent : cas de l’écologie et des crypto-monnaies

Le 28 août, l’ancien ministre français de l’Écologie Nicolas Hulot quittait le gouvernement. Son remplaçant, François de Rugy, proclamait le 5 septembre sa foi dans “l’écologie de marché” sur les ondes de France Inter, la même sur laquelle son prédécesseur annonçait son départ. “Je crois que l’on peut faire marcher écologie et économie main dans la main, cela doit être l’objectif,” a déclaré Mr de Rugy.

Si fondamentalement ces propos ne constituent pas une révolution de pensée, ils rappellent que tant l’écologie que d’autres formes disruptives de faire les choses ont un intérêt économique trop souvent minimisé voire ignoré.

Économie et écologie, un modèle de commensalisme pas si nouveau

D’ordinaire, l’économie tire sa croissance de la nature en polluant malheureusement. L’économie de marché s’oppose donc à priori à l’écologie. Pourtant des solutions sont proposées pour garder les mêmes services de l’économie sans polluer la nature : ce sont les solutions écologiques.

Pour comprendre rapidement le fort potentiel de revenus que constituent les solutions écologiques, on peut se référer au récent rapport de la Commission  mondiale pour l’économie et le climat (IRENA). De façon sommaire, on y apprend que si les pouvoirs publics daignaient faire, dans les deux ou trois prochaines années, l’audacieux pari des solutions écologiques, ce seraient 26 000 milliards de dollars qui seront générés à l’horizon 2030 et 26 millions d’emplois.

L’écologie fait déjà des percées dans toutes les composantes de l’économie parce que la recherche la rend beaucoup plus abordable qu’au début des premières applications d’il y a 30 ans. Les panneaux solaires, par exemple, qui ont vu leurs prix chuter de plus de 75% depuis 2010, devraient encore perdre environ 50% de leur valeur actuelle selon l’IRENA, l’agence internationale des énergies renouvelables. Pour le moment, tout comme ce fut le cas pour le charbon et le pétrole, les solutions écologiques coexistent avec celles qu’elles devraient à terme remplacer.

Le grand remplacement de l’économie de marché en plusieurs étapes –  Le cas des crypto-monnaies

Si l’écologie met à mal l’économie de marché en se posant en alternative aux méthodes capitalistes de production, de transports, et autres, d’autres produits financiers entendent éroder l’économie de marché de l’intérieur.

Il s’agit des crypto-monnaies qui remettent en cause la nature centralisée des monnaies fiduciaires car contrôlée par des banques centrales. Le marché de la crypto-monnaie a pesé jusqu’à 800 milliards de dollars au début de 2018, soit environ 16% du marché global de forex. La lente transition qui s’opère ainsi dans l’économie de marché s’accompagne de gains tout comme l’écologie. Par exemple on peut citer l’arrivée récente de la crypto-monnaie Bitcoin Diamond sur les marchés, une monnaie sortie du très connu Bitcoin. Lancée depuis seulement un an, cette monnaie possède un potentiel explosif d’après les experts.

Toujours saisir sa chance quand une transition s’opère

Les bouleversements technologiques se traduisent toujours en points de croissance et en fortune pour les premiers à y investir. Le milieu scientifique de l’écologie est l’un des plus prolifiques en termes d’innovations.

L’exemple des crypto-monnaies démontre bien que chaque remise en cause de l’ancien monde, chaque changement de paradigme, génère une explosion de gains pour les investisseurs, même si ces nouveaux paradigmes ne sont pas forcément positifs.

En l’occurrence l’écologie détruira des emplois, dans le gaz de schiste, par exemple, pour en créer à d’autres plus tard.

Les panneaux solaires supposés être écologiques devront être réalisés avec des matériaux moins toxiques…

Les crypto-monnaies comme le Bitcoin qui se minent devront se diriger vers un système que l’on nomme “preuve de travail” beaucoup moins polluant.

Et il faudra trouver une solution au problème à l’utilisation par le darkweb de la crypto-monnaie Monero pour passer des achats de biens ou services illégaux.

Mais tout comme internet il y a 20 ans, si le changement est globalement positif, s’il est  suivi par un mouvement de masse, et surtout s’il rapporte de l’argent aux investisseurs, alors il remplacera inévitablement l’ancien modèle.

Share on Pinterest

Rejoignez-nous sur Facebook !

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mardi et jeudi, recevez les nouvelles idées de business par email. 100% garantie sans spam.

Voir les anciennes newsletters
Abonnez-vous à la newsletter de mardi et jeudi, c'est gratuit et enrichissant !
+ +
Inline
Inline