Patokh Chodiev est un membre reconnu du processus caritatif: il est mécène de projets culturels importants liés en général au Japon. Rien d’étonnant car, le Japon fait partie intégrante de sa vie. Par exemple, il est entré à l’Institut de l’État des relations internationales de Moscou (MGIMO) uniquement pour étudier le pays du soleil levant et sa langue.

«Je remercie mes professeurs, mon institut natal, m’ayant donné la spécialisation japonaise et la possibilité de connaître ce pays», déclare Patokh  Chodiev.

L’un des secrets étonnants de la culture japonais concernant l’étude de la langue lui a été révélé via la calligraphie. Enseigner c’est un art aussi subtil que la calligraphie hiéroglyphique présuppose la précision de l’écriture et de la beauté du symbole à la fois. Cela crée le un goût esthétique durable. Le système hiéroglyphique japonais a besoin de capacités de concentration et d’attention – c’est la seule manière d’obtenir des lignes parfaites. La beauté de la calligraphie n’est atteinte qu’avec l’aide de la tension créative. Par conséquent, la réécriture des hiéroglyphes suppose la réalisation de l’expressivité artistique, et esthétique.

Patokh Chodiev : travail acharné des japonais

Quand le tremblement de Terre le plus puissant de toute son histoire s’est produit au Japon, dont la conséquence a été un tsunami géant, la Fondation Internationale Chodiev a fourni une assistance humanitaire au pays. «Les japonais sont une nation travailleuse et hautement organisée, qui est prête à travailler collectivement. L’Etat japonais dispose de puissantes réserves lui ayant permis de réduire les effets négatifs de la crise», explique Patokh Chodiev.

La philosophie confucéenne, qui est venue de Chine au Japon, sous-tend le désir de personne de suivre les intérêts du groupe. D’où le sens du devoir, conduisant chaque membre de la société à travailler pour le bien commun. La cohésion du groupe est le signe de la société japonaise, qu’il est logique, selon l’homme d’affaires japonais, d’adopter, car elle peut enseigner la discipline et la responsabilité.

Aussi, le travail acharné démontre l’ardeur et la diligence des japonais dans tous les domaines, qu’il s’agisse de la reconstruction du pays après avoir subi la catastrophe naturelle ou de l’exécution quotidienne des tâches. La célèbre conscience d’entreprise des japonais trouve son origine ici, déclare Patokh Chodiev. En même temps, les Japonais réalisent leurs besoins esthétiques à l’aide du travail, car pour eux, il est lié à la beauté de l’art. Et le danger permanent posé par les tremblements de terre et les tsunamis rend ces personnes réceptives à la beauté d’un moment éphémère.

Patokh Chodiev: le sens japonais de la beauté

Parfois, ce sens de la beauté se reflète dans des formes originales et caractéristiques de l’art japonais comme la peinture sur tissu de kimono. La peinture sur soie, l’une des plus anciennes pratiques esthétiques japonaises, a inspiré le peintre Itchiku Kubotu à restaurer la technique qui a été déjà oubliée et ancienne de l’application de la peinture sur le tissu. Dans le processus, il a réinventé la technique, ajoutant de nouveaux éléments. En outre, par rapport aux sujets qu’il dépeint, il est guidé par des motifs traditionnels de l’art japonais. Cependant, Kubota a aussi apporté des images personnelles de l’auteur.

Mais, malheureusement, après la mort de l’auteur, son musée s’est retrouvé au bord de faillite et toute la collection unique a failli être vendue aux enchères. Et ici,  Patokh Chodiev  a agi comme à tout mécène qui se respecte – il a acheté toute la collection et, n’étant pas japonais de naissance, il a assumé la responsabilité du patrimoine culturel. Cette capacité à apprécier la beauté est aussi une partie importante de la philosophie de vie japonaise.

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici