Les découvertes scientifiques et technologiques s’enchaînent depuis plusieurs décennies. Elles peuvent avoir d’importantes répercussions sur la santé humaine. C’est pour cela que les start-up de la santé intéressent particulièrement les pouvoirs publics. Sans surprise, les maladies respiratoires ont elles aussi trouvé une entreprise pour les combattre : ConicMeds.

L’heure de la consécration

Le 7 décembre 2017, la start-up ConicMeds est sous le feu des projecteurs. Et pour cause : elle signe un partenariat avec des acteurs institutionnels de premier plan. Ce sont notamment le CNRS, l’université de Poitiers et la SATT Grand Centre. Cette dernière renvoie à la Société d’accélération du transfert de technologie, un institut de recherche basé à Clermont-Ferrand.

La conséquence de cet accord est la création de LitCh-Conic Meds, une plate-forme laborantine coopérative. On parle de « licence d’exploitation ».

Logo du SATT à Clermont-Ferrand

ConicMeds doit cette reconnaissance à ses développements thérapeutiques. En effet, elle s’intéresse à la mucoviscidose et au diabète (type 2), ainsi qu’à d’autres maladies respiratoires. La start-up porte des thérapies novatrices et brevetées grâce à sa collaboration avec l’université d’Exeter et un labo du CNRS. Tout cela permettre de stabiliser le médicament déjà entrevu, grâce à la mutualisation d’équipes de chercheurs.

Les techniques mises en œuvre s’intéressent moins aux symptômes des pathologies citées qu’à la membrane des cellules bronchiques. Les plus de 70 000 personnes atteintes de mucoviscidose à travers le globe attendent impatiemment les derniers développement de la thérapie trouvée par ConicMeds.

Retour sur l’histoire de ConicMeds

La start-up ConicMeds a son siège social à Poitiers, au cœur du centre régional d’innovation du Biopôle. Cette SASU dynamique a vu le jour en 2015-2016 seulement. Son président actuel est Jérôme Tesson-Richez, lequel a succédé à Thierry Ferreira et à Romain Clément.

Les activités de l’entreprise principale sont complétées par une autre SASU. Celle-ci, dirigée par Thierry Ferreira, est basée à Iteuil, toujours dans le Poitou. Elle porte le nom de « ConicMeds Development ».

Logo du CNRS

ConicMeds prévoit de passer à la préclinique dès 2018, puis d’engager en 2019 des essais sur des êtres humains.

À ce jour, la société ConicMeds ne dispose pas encore de vitrine sur le web.

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici