Des pigeons surveillent la pollution de l’air à Londres

« Pigeon Air Patrol » utilise des pigeons munis de petits sacs à dos pour que chaque personne puisse connaître la qualité de l’air à un endroit précis, ainsi les utilisateurs seront en mesure de tweeter leur oiseau le plus proche pour obtenir les données.

Pendant près d’un millénaire, les humains ont utilisé les pigeons pour transmettre des messages, mais un projet de recherche londonien a décidé de donner de la modernité à l’ancien usage de ces oiseaux. « Pigeon Air Patrol », un projet de trois jours développé par la société Plume Labs, consiste à équiper des pigeons de minuscules sacs à dos destinés à recueillir des données sur la qualité de l’air dans la ville.

Les sacs à dos ultralégers sont portés par dix pigeons appartenant chacun à un éleveur professionnel. Ces sacs à dos sont reliés à des appareils mobiles de contrôle qui mesurent le taux de dioxyde d’azote et d’ozone dans l’air, les deux polluants atmosphériques les plus nocifs et les plus répandus dans les grandes villes.

Les utilisateurs de Twitter qui se trouvent dans la ville peuvent tweeter leur position à @PigeonAir et reçoivent instantanément une réponse sur la qualité de l’air aux alentours de leur emplacement. Selon Plume Labs, le projet vise à faire savoir à quel point l’air de Londres est pollué, tout en générant un rapport complet sur la qualité de l’air.

La société, basée à Paris, espère que cette campagne encouragera de nombreuses personnes à télécharger l’application Plume Air, qui couvre déjà aujourd’hui 200 villes dans le monde entier. Cette application se veut participative, à la manière de ce projet européen qui vise à recueillir des données sur la qualité de l’air via les Smartphones. 11 villes sont concernées. Plume Labs fait également une campagne de financement participatif en ligne afin de recueillir des fonds pour améliorer leur technologie de carte de l’air.

La qualité de l’air est devenue un sujet de débat politique et environnemental dans les grandes villes telles que Londres. Mais maintenant qu’il y a Plumes Labs, qu’est-ce qui pourrait encore aider à collecter des informations sur la pollution de l’air ?

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici