Voilà désormais presque quatre mois que le monde est en proie à la pandémie de coronavirus. Alors qu’elle progresse et tue toujours plus de monde (i.e en Italie où des records de décès sont chaque jour battus) il est plus que jamais question de rechercher de nouveaux moyens de lutte contre les agents infectieux. Surtout dans un contexte de croissance galopante des mutations génétiques chez les virus et bactéries associée à une stagnation de la recherche autour de nouveaux médicaments antiviraux et antibiotiques. Un laboratoire médical semble avoir trouvé le moyen de lutter efficacement contre les menaces du futur, il s’agit de l’usage de virus programmés.

Vers une catastrophe sanitaire mondiale ?

Le monde fait face à un grand danger et les scientifiques et autorités sanitaires n’ont de cesse de le marteler à longueur de journées. En effet, la recherche patine et peine à découvrir de nouvelles molécules susceptibles d’aider à soigner des maladies infectieuses. C’est notamment visible suite à la découverte d’un vaccin contre la maladie à virus Ebola et même d’un traitement curatif, qui a pris pratiquement 5 années.

Comme l’expliquent nos confrères de Newsly, ce n’est qu’en 2019 que le traitement contre Ebola fut trouvé. De même, des maladies infectieuses jadis banales à soigner telles que la tuberculose sont désormais un casse-tête pour les praticiens.

Qu’est-ce qui peut expliquer cette catastrophe sanitaire mondiale ?

Vous n’êtes pas sans savoir qu’à une certaine époque du fait de l’épopée des antibiotiques, ceux-ci étaient prescrits à tort et à travers par le personnel soignant. Une fois que ceux-ci ont pris conscience du risque encouru par les patients du fait de la surconsommation des antibiotiques, ce sont ces patients qui eux-mêmes débutèrent à en consommer en excès.

L’exemple le plus patent est celui des Etats-Unis où les antibiotiques se retrouvent partout. On y note une surutilisation des antibiotiques chez les humains, le bétail let même dans les productions agricoles. Et juste à titre d’information ces antibiotiques n’arrivent même plus à tuer 100 % des germes ou bactéries contre lesquels ils sont indiqués.

Et le phénomène de resistence n’arrange pas les choses dans la mesure où si par le passé il n’était nécessaire d’user que d’un seul antibiotique pour prendre en charge une maladie infectieuse, désormais il est impératif de faire appel à une synergie d’antibiotiques (association) pour la même maladie. Il peut dès lors arriver qu’on associe jusqu’à 3 antibiotiques pour soigner une tuberculose ou une infection cérébrale. Et avec le risque encouru par le patient, on se pose des questions.

Source :

Kulturegeek

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici