L’entreprise de Facebook a changé de nom et se nomme désormais Meta. C’est que Mark Zuckerberg pense que l’avenir de la technologie numérique se situe dans le métavers, un univers digital parallèle. Pour ce faire, le créateur du réseau social qui a révolutionné le monde se penche sur plusieurs technologies. Avec un financement très large, il participe à l’évolution de la réalité virtuelle et son insertion dans le quotidien des sociétés modernes.

Si la technologie est bien connue et largement distribuée, elle n’en est encore qu’à ses balbutiements selon les spécialistes. Zoom sur ce qui pourrait bien être l’avenir d’Internet comme des jeux vidéo.

La réalité virtuelle, une démocratisation par le jeu

La réalité virtuelle fait déjà partie du quotidien de nombreuses personnes. Dans le monde vidéoludique, la technologie est disponible pour le grand public depuis quelques années. À l’aide d’un casque, les joueurs peuvent se plonger dans un monde de pixels. Le casque réagit aux mouvements de la tête, offrant l’illusion d’un décor parfaitement immersif. Avec cette technologie le jeu vidéo a changé d’ère, allant bien plus loin dans l’immersion des joueurs. Mais il existe une ombre au tableau.

En effet, l’ergonomie et la jouabilité se confrontent à la réalité. Si le principe du casque est au point, les manettes, elles, sont encore loin d’être instinctives. Playstation, le géant japonais et un des leaders sur le marché des consoles vient de dévoiler des nouvelles manettes pour sa version de la réalité virtuelle. Si le design est original, avec une forme circulaire qui englobe la main pour éviter qu’elles ne s’échappent, nous sommes encore très loin de pouvoir évoluer dans ces mondes virtuels comme nous le faisons dans la réalité.

Et c’est justement ici que Mark Zuckerberg et les chercheurs de Meta veulent faire une avancée majeure : le gant haptique.

Le principe du gant haptique

Si la réalité virtuelle monopolise aujourd’hui avec succès les sens de la vue et de l’ouïe, le toucher n’est pas vraiment de la partie. Le gant haptique propose donc de simuler cette sensation afin d’interagir avec finesse dans ce monde. Le principe est simple, à l’aide de pressions, la main est stimulée par le gant, lui-même en directe connexion avec la réalité virtuelle. La réalité y est ainsi décuplée en ajoutant un sens supplémentaire directement en interaction avec le monde virtuel.

Saisir un objet numérique sera alors bien plus instinctif et rapide qu’avec des manettes. Entièrement intégré dans la réalité, notre sens du toucher pourrait permettre de manipuler des fenêtres Internet, lire des pages et bien d’autres choses. Mais, si l’on est factuel, le gant haptique existe déjà bel et bien. Il est cependant aussi lourd et inconfortable qu’énergivore. Le tout, sans oublier qu’il chauffe énormément.

De plus, pour le moment, ce sont simplement les doigts qui sont stimulés. Méta propose quant à lui un gant haptique complet, avec des sensations de la paume jusqu’au bout des doigts. Et cela change énormément de choses. Mais, si l’enthousiasme est de mise, Meta reste confronté à plusieurs problèmes.

Légende : Avec le gant haptique, nos mouvements pourraient être parfaitement restitués dans la réalité virtuelle. 

Un gant qui fait déjà polémique

Le gant présenté par la firme américaine est encore au stade d’embryon. Si le principe marche, il est encore très incomplet et les chercheurs désirent ajouter encore des dizaines de coussinets pour affiner les sensations. En effet, en se gonflant et en dégonflant, ce sont eux qui simulent la sensation de toucher. Mais l’ajout d’autres coussinets est un défi aussi bien technique que technologique.

Miniaturiser la mécanique responsable des mouvements du gant haptique est extrêmement difficile et coûteux. Pour utiliser les pleins potentiels du gant, il faudra aussi le relier au cerveau de l’utilisateur, une technologie bien moins avancée que la mécanique du gant. Autant de défis qui prendront au moins dix ans selon les chercheurs de Meta eux-mêmes.

Mais, malheureusement pour Zuckerberg et son rêve, les problèmes ne s’arrêtent pas là. La compagnie est, en effet, accusée de violation de brevets. La société HaptX, qui travaille dans le domaine du gant haptique depuis de nombreuses années, en est la première victime, selon elle.

Elle a en effet accusé Meta dès la parution de ses nouveaux travaux sur le gant haptique. Une affaire qui ne fait que commencer, au grand dam du milliardaire.

Un pas vers une autre réalité

Si on est donc encore loin de pouvoir toucher la réalité virtuelle avec une fidélité bluffante, la course technologique va dans ce sens.

L’ajout du toucher, fera entrer la réalité numérique dans une nouvelle dynamique. Avec la majorité des sens engagés entièrement dans ce monde virtuel, on peut espérer que la sensation d’être réellement plongé dans un autre monde sera bien là.

La longue quête des constructeurs de consoles, comme des industriels, pour inventer des commandes instinctives sera alors entrer dans une nouvelle ère et les possibilités seront infinies. De la conduite au pilotage de machine en passant, bien entendu, par l’exploration des univers virtuels.

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici