Le plastique recyclé est désormais utilisé pour revêtir les routes. En phase de test à Vancouver, cet asphalte à la composition inédite est expérimenté sur les routes de la métropole. L’objectif est de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de réaliser des économies sur le long terme.

Les autorités locales de Vancouver exploitent désormais le même plastique utilisé pour produire des bouteilles d’eau afin de revêtir leurs routes. En collaboration avec GreenMantra, une société basée à Toronto, il a été possible de créer une solution granuleuse et cireuse qui peut être ajoutée à l’asphalte, une matière utilisée pour revêtir les routes. Grâce à cette solution, l’asphalte peut être écoulé sur la chaussée à une température bien plus faible que d’habitude, soit environ 100°C au lieu de 140/160°C, ce qui réduit considérablement le volume de vapeurs toxiques dégagées dans l’atmosphère. De plus, le gouvernement économise environ 20% en coûts de carburant. Cependant, l’utilisation du pastique ajouté à l’asphalte augmente le coût de construction d’une route de 1 à 3 %. Les économies se font donc sur le long terme.

Vancouver souhaite devenir la ville la plus écolo d’ici 2020. L’adoption de cette solution devrait y participer puisque l’usage des plastiques dans la construction des routes permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Un exemple à suivre dans le cadre de la construction et la maintenance de nos routes françaises ?

  • Site web : www.vancouver.ca
  • Contact : www.vancouver.ca/your-government/contact-the-city-of-vancouver.aspx

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !


2 Commentaires

  1. Bonjour,
    Juste pour signaler que ce n’est pas la première ville au monde puisque ça fait déjà pas mal d’année qu’en inde cette technique est utilisée. Voir ici

  2. Il est évident qu’il est urgent de s’occuper de notre pauvre planète, entre déforestation, émissions de gaz empoisonnement de l’eau, où allons nous? Je suis sceptique par rapport à certaines solutions écologiques comme celle-ci, de mon point de vue c’est le chat qui se mord la queue. Forcément, les particules d’usure de ces chaussées vont se retrouver dans l’eau ou en suspension dans l’air. Donc pas ecolo du tout.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici