Pratique

Une plateforme de feedbacks qui font mal

Qui n’a pas vécu une de ces situations frustrantes et exaspérantes ? Qui n’a pas rongé son frein devant la toute-puissance de la marque, de l’institution inébranlable, du monopole incontournable ? Chacun aimerait, face à sa déconvenue, partager ses constats, échanger son vécu et alerter les autres des déboires ou risques encourus. Un site l’a bien compris : Keekbak.

Lancé début janvier 2013, ce concept unique et novateur propose en effet de centraliser les frustrations et les déceptions. Dans l’air du temps car participatif. L’idée est simplissime : à l’heure de la social TV, des réseaux sociaux et autres voies de retour, force est de constater que nous sommes tous friands de partager notre avis. En revanche, les mécontents ne savent souvent pas comment relayer leurs retours d’expérience, et surtout, être entendus.

Keekbak permet de transformer toute cette insatisfaction en quelque chose de positif : les échanges sont encouragés afin de permettre à tous de trouver des solutions pour améliorer la situation, en favorisant l’interactivité.

Si aujourd’hui la plupart des sites marchands permettent de déposer des avis, l’internaute doit faire face à un réel problème d’indépendance : le site va-t-il laisser diffuser des avis trop négatifs au risque de nuire à son propre commerce ? Une fois que le produit n’est plus en ligne, comment peut-on publier un avis négatif ?

Un Keekbak vaut mieux qu’un couac. Aussi, quoi de mieux qu’un bon « Keekbak » pour vider son sac intelligemment, ou disposer des opinions et critiques de la communauté Keekbak pour optimiser ses achats ?

L’heure n’est plus aux « pigeons », mais aux consommateurs avisés ! Sur keekbak.com, postez un Keekbak sur un FAI, une personnalité publique, un voyagiste, un smartphone, etc.. Le tout dans la bonne humeur et en restant constructif !

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !