Bristol Robotics Laboratory conçoit un robot qui recharge sa propre batterie avec du carburant provenant d’un « estomac microbien ».

Nous avons vu comment les robots autonomes – tels que ces appareils intelligents de gestion écologique – peuvent aider à protéger les environnements vulnérables.

Cependant, l’utilisation de robotique autonome a été jusqu’à présent limitée par son gros besoin en énergie et son ravitaillement peu pratique. Désormais, Bristol Robotics Laboratory a conçu Row-bot, qui utilise des bactéries pour s’autoalimenter quand il nettoie des eaux polluées. Avec un design inspiré des des corises (punaises aquatiques), Row-bot écumera la surface de l’eau en filtrant les polluants.

Des microbes intégrés à « l’estomac » de l’appareil transformeront la pollution en sous-produits propres, et, ce faisant, générera un voltage qui alimentera sa batterie. Cette pile à combustible microbien agit comme une source d’énergie autonome, se rechargeant lors de la nage à faible puissance du Row-bot et peut ainsi filtrer durant de longues périodes sans intervention humaine.

La conception de l’attelage de cette pile à combustible microbien pourrait permettre à beaucoup d’autres robots de fonctionner seuls sans avoir besoin de recharge.

De quelles autres façons les robots pourraient-ils aider à nettoyer l’environnement ?

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici