PILGO (www.pilgo.com) est le premier comparateur qui se connecte directement aux moteurs de réservations des hôtels pour donner à l’internaute le meilleur prix et la disponibilité réelle des établissements.

Grâce à la « loi Macron », qui remet en cause la « parité tarifaire » depuis août 2015, les hôteliers ont – enfin – obtenu le droit de proposer un meilleur prix sur leurs propres sites que celui diffusé sur les agences de voyages en ligne comme Booking ou Expedia.

PILGO compare donc les offres exclusives des sites officiels avec les meilleurs prix relevés sur les agences en ligne. Il propose le prix le plus avantageux au consommateur, ainsi que la disponibilité des chambres en temps réel. Par la suite, il renvoie le consommateur uniquement vers le moteur de réservation de l’hôtel pour réserver sa chambre.

Plus de 10 000 hôtels, sur le parc français de 17 500 hôtels, sont déjà connectés à PILGO, dont 20% qui ne vendent que sur leur site officiel – et donc ne sont pas présents sur les agences en ligne. De plus, 15% des hôtels proposent un prix inférieur sur PILGO – en moyenne de 12% – que sur les sites des agences de voyages en ligne.

En à peine un an, PILGO a su convaincre 13 chaines hôtelières et connecter les 8 principaux systèmes de réservations grâce à une équipe polyvalente et dynamique, qui allie notamment de jeunes entrepreneurs à l’industriel confirmé Charles Beigbeder.

Dans un modèle « freemium » utilisé avec succès par Le Bon Coin, la présence des hôtels sur PILGO est gratuite. Seul un pack d’options d’amélioration des fiches « hôtel » est payant sous la forme d’une commission fixe indexée sur la catégorie de l’hôtel. PILGO revisite ainsi le coût de la distribution, qui a fortement contribué à l’augmentation du prix des chambres d’hôtels (le double de l’inflation entre 2001 et 2008) et à l’effondrement des marges des hôteliers. Alors que Booking et Expedia vont taxer des commissions de 10 à 30% aux hôtels, PILGO leur permet de garder tout leur chiffre d’affaires – et se rémunèrent seulement quand l’hôtel y voit de l’intérêt.

PILGO vise un total de 15 000 hôtels français (soit plus de 85% des hôtels français) d’ici à la fin de l’année 2016, et amorcera par la suite son déploiement dans d’autres pays européens où la clause de parité tarifaire est également interdite (Allemagne, Italie, etc.)

Dans les prochaines semaines, les choses devraient s’accélérer pour la startup parisienne. Ces derniers temps, elle a notamment été reçue par des dirigeants politiques, dont le cabinet d’Emmanuel Macron ou encore la commission « Tourisme » du Sénat. PILGO a également rencontré le géant américain Google et l’association hôtelière AHTOP pour continuer à développer des partenariats stratégiques. Elle négocie en parallèle avec des acteurs majeurs du tourisme ou des grands groupes de transport en France. Le lancement officiel de PILGO sera axé autour du lancement de ses applications mobile, qui sont actuellement dans leur phase finale d’approbation et de mise en ligne, et de l’événement majeur que représente le Tour de France.

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici