DoNotPay fait de nouveau parler de lui avec une nouvelle innovation qui offre à ceux qui n’ont pas de maison des conseils juridiques pour faire leurs demandes de logement.

En février de cette année, les expulsions locatives ont atteint le niveau le plus élevé jamais enregistré. Trouver un logement d’urgence peut être un processus complexe et nécessite souvent une bonne connaissance des services qui sont disponibles pour fournir de l’aide. Mais de nombreux sans-abris ne disposent pas des moyens nécessaires pour accéder à ses services. Joshua Browder, un sortant de l’Université de Stanford, a créé un logiciel intelligent qui aide les sans-abri à bénéficier des services d’accès au logement.

Cette innovation est une création de DoNotPay, un logiciel intelligent conçu pour aider les gens faire appel des amendes pour les contraventions de stationnement, et demander une indemnisation pour les vols retardés ou une assurance de protection de paiement, entre autres. Il fonctionne en demandant à l’utilisateur le lieu exact où il squatte, s’il est légalement enregistré en tant que sans abris et pourquoi il n‘a plus de logement. L’application utilise ensuite toutes ces informations pour déterminer la meilleure façon d’aider chaque individu. Cette aide peut impliquer, par exemple, la rédaction d’une lettre de demande légale que l’utilisateur pourra ensuite envoyer aux autorités locales compétentes.

Avec une équipe d’avocats bénévoles, Browder affirme qu’il a utilisé les recueillies par l’intermédiaire de la « Freedom of Information Act » pour comprendre pourquoi les demandes de logement sont approuvées ou refusées. C’est grâce à ses données que le logiciel intelligent pourra créer la meilleure demande possible pour chaque sans-abri. L’œuvre de charité britannique destinée aux sans-abris, Centrepoint, soutient ce projet. La banque de données de cet organisme de bienfaisance a permis de savoir que seul 13 000 jeunes anglais sur 130 000 qui sont allés auprès de leur autorité locale parce qu’ils étaient sans-abris ont réussi à obtenir un soutien légal. Gaia Marcus, le directeur de la banque de données de Centrepoint concernant les jeunes sans-abris, voit parfaitement l’avantage de cette innovation, en expliquant : « Il est facile de tourner le dos à une jeune personne qui ne sait pas quels sont ses droits ».

Une application de ce genre pourrait-elle être utilisée pour aider les réfugiés à demander un visa de travail ?

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici