Alimentaire

Une nouvelle banane avec une peau comestible

Banane Mongee/Source : Straitstimes

Une nouvelle méthode de culture a donné naissance à une banane munie d’une peau comestible. Il s’agit d’une solution possible pour lutter contre les pénuries alimentaires.

Bananier/Source : Pxhere

Une méthode de culture qui s’inspire de l’ère glaciaire

Après le chocolat rubis, le secteur de l’agroalimentaire trouve toujours d’autres moyens d’innover et offrir aux consommateurs de nouvelles manières de se nourrir. Aujourd’hui, c’est Mongee, une banane avec une peau comestible, qui fait son apparition. Elle est cultivée par D&T Farm, dans la préfecture d’Okayama au Japon. Cette ferme utilise la méthode dite du « gel-dégel » qui imite les températures et les conditions de croissance qui existaient à l’ère glacière. Contrairement à ce qui se passe aujourd’hui, lorsque les bananes sont des fruits tropicaux, les bananiers de l’ère glaciaire ont subi de longues périodes d’hibernation et se sont développés avec des températures allant de 12 à 13 °C. Pour recréer l’environnement d’il y a 20 000 ans, les agriculteurs de D&T congèlent d’abord les jeunes plants de bananiers à -60 °C, puis les décongèlent et les replantent. Les changements de température encouragent les jeunes plants à croître très rapidement et donnent un fruit beaucoup plus sucré et 100 % comestible. L’autre avantage est que cette méthode de « gel-dégel » n’implique pas l’utilisation de pesticides ni de modification génétique.

Banane/Source : Pixnio

Une peau comestible et riche en nutriments

Bien que les bananes Mongee arrivent à maturité après environ 4 mois (contre deux ans pour les bananes ordinaires), le processus nécessite une grande implication et seulement une dizaine de bananes sont vendues chaque semaine à Okayama. Les bananes sont très chères. En effet, une seule banane Mongee coûte 7,5 dollars. Selon D&T, la peau de cette nouvelle banane est riche en vitamine B6, en magnésium et en tryptophanes, un constituant de la sérotonine, qui aide au sommeil. Les bananes Mongee ont suscité l’intérêt de multinationales agricoles et agroalimentaires. En plus des bananes, D&T a réussi à cultiver et à récolter de la papaye, du cacao, du mangoustan et des noix de cajou en utilisant la même méthode.

Source :

Springwise

Share on Pinterest

Rejoignez-nous sur Facebook !

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mardi et jeudi, recevez les nouvelles idées de business par email. 100% garantie sans spam.

Voir les anciennes newsletters

Partenaires

Faites confiance à l’agence e-marketing Web Artem Paris pour la conception de votre stratégie marketing digitale.
innastudio.com

Abonnez-vous à la newsletter de mardi et jeudi, c'est gratuit et enrichissant !
+ +
Inline
Inline