Selon les chiffres de la Symop, l’organisation professionnelle des technologies, les cobots et autres robots industriels sont en grande augmentation et ont progressé de plus de 9 % en 2019. Une évolution du marché qui est soutenue par le plan de relance gouvernemental publié en septembre 2020.

La cobotique au cœur des entreprises

Après une légère hausse de 4.8 % en 2018, le monde de la robotique en entreprise a doublé ses chiffres en un an. Tout d’abord, qu’est-ce que la cobotique ? La cobotique est un néologisme qui est une contraction entre le terme robot et collaboration. Concrètement, cela désigne l’ensemble des robots industriels ayant pour but de collaborer avec l’homme, et non pas de le remplacer.

La forte progression des ventes en 2019 tient tout d’abord au développement des bras robots collaboratifs, faciles à programmer et faciles à placer. En effet, grâce à ces bras automatisés, le salarié évite de porter des charges lourdes ou de s’exposer à des matières chimiques nocives, par exemple.

Après avoir développé des projets d’automatisation de leurs entreprises, les sociétés de l’automobile ont été les premières à acquérir la cobotique. En France, 47 % des ventes seraient représentées par l’industrie automobile pour une demande massive de 87 % en matière de bras robotique. Selon la Symop, 2 359 automates ont été installés en 2019.

La robotisation des entreprises : un projet soutenu par le gouvernement

La numérisation et la modernisation des entreprises sont des enjeux de taille pour l’état afin de préparer le futur des entreprises françaises. Lors du plan de relance gouvernemental, présenté en septembre dernier, figurait une enveloppe de 40 millions d’euros pour favoriser la robotisation des entreprises. En effet, l’État français prévoit la réédition du « Prêt French Fab » qui permet aux PME et aux TPE de numériser au maximum leur production.

Malheureusement, il existe encore de nombreux freins à cette transition numérique tant attendue par le gouvernement. Tout d’abord, le frein principal réside dans la disponibilité de ces entreprises pour évaluer leurs besoins. De plus, le besoin en personnel qualifié et le risque d’investir dans un équipement complexe pose problème à des sociétés déjà fortement fragilisées par la crise économique actuelle.

C’est pour pallier ce problème que le gouvernement français a décidé de rééditer ses aides afin d’accompagner ces entreprises dans leurs transitions malgré la crise sanitaire et économique actuelle. Pour l’État français, la robotisation des entreprises est devenue un élément fondamental afin de maintenir l’activité et de rester compétitif. C’est dans ce contexte que le gouvernement de Jean Castex s’engage, à travers ces dispositions, à encourager les entreprises à numériser et à se pencher vers la robotique. 

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !