Santé

Au-delà de la contraception : Les autres avantages des contraceptifs hormonaux

La première chose à laquelle on associe généralement et à juste titre n’importe quel type de contraceptif est le contrôle des grossesses. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, l’un des types de contraceptif les plus utilisés a également d’autres propriétés. Voici dans cet article un résumé des avantages étonnants (autres que la contraception) que permettent les contraceptifs hormonaux.

Les contraceptifs hormonaux et leur fonctionnement

Tout d’abord, attardons-nous un instant sur les contraceptifs et leurs modes d’action pour mieux comprendre de quoi est-ce qu’il s’agit. Il existe une multitude de contraceptifs hormonaux dont le plus célèbre et répandu est la pilule contraceptive. Pour être précis, il en existe deux types, la progestative (contenant une seule hormone, par exemple Optimizette, Cerazette, Clareal Ge) et la pilule combinée qui comme son nom l’indique est une combinaison de deux types d’hormones (œstrogène et progestatif). Concernant ces dernières, on peut citer par exemple Minidril, pilule Optidril, ou Leeloo Gé.

Les effets contraceptifs sont dus à une combinaison de facteurs comme l’épaississement de la glaire cervicale (empêchant le passage des spermatozoïdes) ou bien encore le blocage de l’ovulation dans certains cas.

Nous venons d’aborder la pilule contraceptive qui reste la plus utilisée (en France) mais il existe d’autres contraceptifs hormonaux dont les modes d’utilisation diffèrent, mais pas le fonctionnement général. Voici la liste des principaux contraceptifs hormonaux :

  • Pilules contraceptives
  • Patch contraceptif
  • Anneau vaginal
  • Implant contraceptif
  • Les progestatifs injectables

Les contraceptifs hormonaux et l’acné

L’acné étant une pathologie de la peau d’origine hormonale, il n’est donc pas étonnant qu’une modification de l’équilibre hormonal dans l’organisme ait une influence sur celui-ci. En revanche, toutes les hormones n’ont pas les mêmes effets sur celui-i. Ainsi, concernant l’acné par exemple, les hormones progestatives ont tendance à aggraver l’acné tandis qu’a contrario les œstrogènes ont plutôt tendance à l’améliorer.

La conclusion est donc plutôt simple, privilégier autant que possible les contraceptifs hormonaux contenant des œstrogènes plutôt que des progestatifs, en particulier si vous avez tendance à avoir de l’acné. D’autres paramètres entrent en compte dans le choix d’un contraceptif, ainsi, parlez-en toujours au préalable avec un médecin.

Les contraceptifs hormonaux et les règles

La période menstruelle est un autre aspect de la vie d’une femme qui dépend grandement des variations hormonales dans l’organisme. Les contraceptifs hormonaux ont là encore le pouvoir d’influer sur le cycle menstruel et les saignements qui le caractérise.

Plusieurs cas de figure se présentent à vous. Il est tout d’abord possible de supprimer purement et simplement l’apparition des saignements. Les méthodes de contraception œstroprogestatives permettent de stopper l’ovulation sauf pendant la semaine d’arrêt de la prise. Ainsi, il est possible de ne pas faire de pause et donc de supprimer l’apparition du cycle menstruel. Certaines pilules progestatives peuvent produire les mêmes effets en supprimant l’ovulation.

Enfin, il existe un cas de figure où les règles apparaissent bel et bien, mais où celles-ci sont moins douloureuses et les saignements moins importants. C’est notamment ce que permettent les méthodes contraceptives oestro-progestatives.

Les contraceptifs hormonaux et la prévention de certaines maladies

Les contraceptifs hormonaux ont parfois mauvaise presse, notamment concernant des liens de causalité avec certains cancers. Il semblerait que ce soit vrai concernant le cancer du sein et du col de l’utérus. En revanche, ce que l’on sait moins, c’est qu’à l’inverse, certains contraceptifs hormonaux auraient un rôle protecteur contre d’autres types de cancer. La prise de contraceptifs hormonaux, dont la pilule, réduirait drastiquement le risque de cancer de l’endomètre (ou corps de l’utérus). Cet effet protecteur pourrait durer jusqu’à plus de 30 ans après l’arrêt de la prise du contraceptif.

Attention, il s’agit d’une étude montrant certaines tendances qui ne reflète pas une tendance générale s’appliquant à toutes les femmes prenant des contraceptifs hormonaux. Ainsi, il est recommandé d’aborder la question avec son médecin qui pourra vous orienter vers la méthode contraceptive la plus sûre selon votre profil.

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !