Un studio de design hollandais expérimente des articles ménagers imprimés en 3D et fabriqués à partir d’un mélange de mycélium et d’autres déchets organiques.

Processus de fabrication de l’algue bioplastique/Source : Dezeen

Lutter contre les déchets organiques

Le Studio Eric Klarenbeek a trouvé une méthode permettant de transformer des déchets organiques industriels tels que l’amidon de pomme de terre et les coques de cacao en meubles et en accessoires biodégradables pour maison. Le Studio cultive des champignons de mycélium pour les utiliser comme colorant et agent liant qui fixent les bioplastiques une fois qu’ils sont imprimés. Inspirée par la volonté de créer un cycle de vie avec zéro déchet, l’équipe d’Eric Klarenbeek crée un site Web qui rendra leurs conceptions librement disponibles. À plus long terme, l’objectif de l’entreprise est de créer un réseau de boulangeries en 3D. Alors que le mouvement des fabricants continue à prendre de l’ampleur, les boulangeries 3D fourniront aux fabricants des espaces dédiés à l’impression et permettront de faire de la production sur mesure afin de développer un modèle d’affaires plus durable.

Eric Klarenbeek/Crédits photo : Mike Roelofs

Un procédé neutre en carbone

En cultivant et en imprimant avec des algues, le studio Eric Klarenbeek est en mesure de produire des articles encore plus écologiques du carbone neutre. Les champignons sont dépourvus de carbone parce qu’ils vivent en absorbant le dioxyde de carbone de l’atmosphère. Parmi les autres utilisations récentes du champignon mycélium, on peut trouver un nouveau type de cuir en carbone neutre. Sinon comment pourrait-on transformer les bioplastiques pour une utilisation omniprésente dans les maisons ?

Source :

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici