Pro

MyJob.Company change son fusil d’épaule

Aperçu d'une page du site Internet de MyJob.Company. Source : myjob.company

L’actualité nous permet de présenter le concept d’une start-up se trouvant à la frontière de l’emploi et de la cooptation. Une nouvelle façon d’envisager le recrutement ou la promotion ! Il s’agit, certains l’auront peut-être deviné, de MyJob.Company. Elle vient en effet d’être rachetée, ou plutôt sauvée, par un gros poisson des ressources humaines, ce qui devrait lui permettre de se revigorer.

Un principe RH révolutionnaire

Pour toute entreprise, et encore plus pour les grandes multinationales, la branche RH est un secteur important et sensible. C’est un point que les dirigeants peuvent toujours travailler, affiner. Or, les ressources humaines ont comme de nombreux autres domaines profité à plein de la digitalisation et de l’esprit d’innovation supposé par le phénomène start-up. TalentDetection en est un exemple, mais c’est aussi le cas de la jeune pousse que nous vous présentons aujourd’hui, comme le montre cette vidéo :

Sur ce, MyJob.Company se proposait de mettre en avant une chasse de têtes pas comme les autres. Il s’agit en fait de « recrutement participatif » fonctionnant sur le mode de la cooptation. Le taux de réussite en est d’autant plus important : lors d’une embauche par ce biais, ce sont 90 % des candidats qui sont confirmés par leur employeur à l’issue de leur période d’essai. C’est un pourcentage nettement supérieur à la moyenne générale. Plus de 600 entreprises ont déjà utilisé ce système, dont des enseignes géantes comme PriceMinister, Leboncoin, Tesla, Monoprix, le Crédit Agricole…

Une histoire qui continue de s’écrire

Pour MyJob.Company, tout commence vraiment en 2014, même si l’idée date semble-t-il de 2012. Dès sa naissance, ce nouvel acteur invente son propre créneau pour faire son trou et assumer sa spécificité : le recrutement de professionnels par voie de cooptation. Malheureusement, tout n’a pas été rose pendant ces premières années de développement… En effet, l’annonce du placement en redressement judiciaire de l’entreprise a été rendue publique à la fin de l’année dernière. Pourtant, en 2016, la jeune pousse avait 1,7 million de CA pour une vingtaine d’employés. C’était la conséquence d’une levée de fonds ayant avoisiné le million d’euros et demi courant 2015, l’amortissement de ces investissements se faisant toujours attendre… Il était donc nécessaire qu’un repreneur aux reins solides se présente pour éponger les dettes. Heureusement, c’est désormais chose faite !

C’est un groupe de Bretagne, Kalicea, qui a décidé de reprendre en 2018 la start-up MyJob.Company. Les services innovants de cette dernière devraient se retrouver, sauf surprise de dernière minute, parmi les compétences d’Abaka, un cabinet de conseil en ressources humaines de cette grande société. Ce changement d’échelle et de cadre devrait donner un nouveau visage à la cooptation telle qu’elle a été inventée par MJC. La direction du service va donc incomber à Marie-Laure Collet, officiellement gérante. Elle réussira peut-être à véritablement s’imposer dans le paysage européen puis mondial :

Auparavant, la société avait été la créature de Grégory Herbé. Il était assisté de deux directeurs généraux : Boris Sirbey et Cédric Cohen-Lemberg. La start-up MyJob.Company a depuis février 2018 ses bureaux centraux à Paris, dans le 6e arrondissement, rue du Cherche-Midi. Avant cette date, la firme était immatriculée dans le 10e arrondissement, mais c’est sous cette forme qu’elle a été judiciairement liquidée fin 2017. Espérons que son nouveau souffle n’aboutisse pas lui aussi sur ce sort peu enviable !

Share on Pinterest

Rejoignez-nous sur Facebook !

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mardi et jeudi, recevez les nouvelles idées de business par email. 100% garantie sans spam.

Voir les anciennes newsletters
Abonnez-vous à la newsletter de mardi et jeudi, c'est gratuit et enrichissant !
+ +
Inline
Inline