Finance

TransferWise dépose une demande de licence bruxelloise pour continuer son activité en Europe après le Brexit

Source : Pixabay. Une entreprise de transfert d'argent britannique demande une licence pour opérer en Europe.

TransferWise, la société internationale de transfert d’argent basée à Londres, demande une nouvelle licence à Bruxelles, afin de naviguer dans un Brexit possible alors que le Royaume-Uni se prépare à quitter l’Union européenne le 29 mars de cette année.

L’un des avantages indéniables de l’adhésion à l’UE et qui a sans doute profité aux start-up britanniques de la fintech est le passeport des services financiers. Cela crée un certain niveau d’harmonie dans la réglementation financière à travers l’Union européenne et signifie que les entreprises autorisées dans n’importe quel pays de l’UE peuvent offrir leurs services librement dans n’importe quel autre pays.

Un passeport essentiel au développement des entreprises européennes

En outre, ces passeports constituent le fondement du marché unique européen des services financiers. Par conséquent, si le Royaume-Uni quitte le marché unique, ce qui résultera d’un Brexit, les sociétés fintech du pays qui négocient dans l’UE devront obtenir une licence dans un autre pays de l’Union européenne.

Voici une vidéo présentant cette entreprise en anglais :

Dans le cas de TransferWise, en l’occurrence, il est prévu d’ouvrir un petit bureau satellite supplémentaire à Bruxelles, auprès duquel la société soumettra une demande de licence d’établissement de paiement à l’organisme de régulation de la Belgique, la banque centrale du pays.

Une situation compliquée pour les start-up

Dans un sens, ce n’est pas si grave pour une grande entreprise telle que TransferWise. Le service de transfert d’argent compte en effet déjà 9 bureaux, emploie 1 400 personnes dans le monde et 230 en poste à son siège à Londres.

Toutefois, pour des start-up beaucoup plus petites, la perte de passeport pourrait s’avérer extrêmement coûteuse. Pour les nouvelles entreprises, le développement d’une société à Londres est beaucoup moins attrayant, car l’autorisation réglementaire devra être dupliquée pour le négoce européen. Dans le même temps, il convient de noter que TransferWise a choisi de demander à être réglementée en Belgique, et non pas dans d’autres pays comme la Lituanie, ni l’Irlande. On pourrait faire valoir que les deux sont des options plus faciles.

Source :

TechCrunch

Share on Pinterest

Rejoignez-nous sur Facebook !

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mardi et jeudi, recevez les nouvelles idées de business par email. 100% garantie sans spam.

Voir les anciennes newsletters

Partenaires

Abonnez-vous à la newsletter de mardi et jeudi, c'est gratuit et enrichissant !
+ +
Inline
Inline