Médias

Facebook ajoute de nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation de discours de haine au Sri Lanka

Source : Pixabay. Les restrictions adoptées par Facebook.

Aux prises avec la propagation de discours de haine sur sa plateforme, Facebook a introduit des changements qui limitent la diffusion des messages dans deux pays où il a été critiqué ces dernières années : le Myanmar et le Sri Lanka.

Facebook a déclaré qu’il a ajouté des restrictions sur la diffusion de messages pour les utilisateurs de Messenger au Sri Lanka, afin que les gens ne puissent partager un message donné qu’un certain nombre de fois. La limite est actuellement fixée à cinq personnes.

Des restrictions utiles

Ceci est similaire à une restriction que Facebook a introduite sur WhatsApp l’année dernière. En Inde, un utilisateur ne peut transmettre un message qu’à cinq autres personnes sur la plateforme. Facebook a indiqué que certains utilisateurs avaient également demandé cette fonctionnalité parce qu’ils en avaient assez de recevoir des messages en chaîne.

Ci-dessous une vidéo en anglais relatant cette nouvelle :

Au début du mois de mars, le Sri Lanka était aux prises avec des violences populaires dirigées contre la minorité musulmane. Au milieu de cela, les discours de haine et les rumeurs ont commencé à se répandre comme une traînée de poudre sur les services de médias sociaux, y compris ceux exploités par Facebook.

Atténuer le risque de préjudice

En limitant la visibilité de cette manière, Facebook espère atténuer le risque de préjudice et de violence hors ligne. Dans les cas où la plateforme identifie des individus ou des organisations favorisant la violence, la société allait immédiatement interdire leurs comptes.

Facebook étend également l’utilisation de l’intelligence artificielle pour reconnaître les publications susceptibles de contenir de la violence graphique et des commentaires potentiellement violents. Le réseau social a, dans le passé, interdit les groupes armés et les comptes gérés par l’armée au Myanmar, mais on lui a reproché de réagir lentement et de promouvoir de fausses informations.

Source :

TechCrunch

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mardi et jeudi, recevez les nouvelles idées de business par email. 100% garantie sans spam.

Voir les anciennes newsletters

Partenaires

Abonnez-vous à la newsletter de mardi et jeudi, c'est gratuit et enrichissant !
+ +
Inline
Inline