De nombreux pays ont estimé qu’il était économiquement et politiquement nécessaire d’avoir une vue d’ensemble des micro-entreprises. La création de nouvelles entreprises a continué de croître dans tous les secteurs et régions de France, à un rythme plus rapide que l’année précédente et atteignant des sommets jamais vus depuis le début de la décennie, pour s’établir à plus de 3 millions.

De plus en plus de Français se lancent dans l’entrepreneuriat ces dernières années. Cependant, il n’est pas toujours facile de maintenir à flot ces entreprises, surtout dans un contexte économique particulièrement difficile. Les micro-entreprises cherchent ainsi des moyens afin de gérer aux mieux leur activité. Heureusement, des outils comme vcita logiciel micro entreprise peuvent les aider à optimiser la gestion de leur société.

Qu’est-ce qu’une micro-entreprise ?

Depuis le 1er janvier 2016, le statut d’auto-entrepreneur a changé en micro-entreprise. En effet, les entrepreneurs individuels soumis au régime micro-fiscal en matière d’impôt sur le revenu sont désormais automatiquement soumis au régime micro-social concernant les cotisations sociales. Dans le cadre de la loi sur la modernisation de l’économie, le statut de micro-entreprise fait référence aux entrepreneurs individuels ou ceux qui souhaitent avoir une activité commerciale supplémentaire.

Le statut de micro-entreprise s’applique tant que le chiffre d’affaires réellement encaissé au cours de l’année civile n’excède pas le seuil de 170 000 euros pour l’activité commerciale ou 70 000 euros pour la prestation de services et les indépendants.

Une hausse considérable du nombre de micro-entreprises

En 2011, le nombre de micro-entreprises en France était d’environ 3 millions. On a assisté depuis à une hausse considérable. En 2016, le nombre total était estimé à plus de 3,8 millions de micro-entreprises dans l’Hexagone.

En 2019, le nombre de création d’entreprise a augmenté. Cette croissance a été stimulée par les micro-entreprises. Une progression de 23,3 % a été enregistrée au cours des 12 derniers mois. Une entreprise sur deux créée est une micro-entreprise. Elle concerne en outre toutes les entreprises avec moins de 10 employés. Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, de nombreuses mesures ont été adoptées afin de favoriser la création de micro-entreprises en France. Celles-ci ont encouragé de nombreux particuliers à investir dans une telle société. Le régime fiscal qu’on va voir en détail dans les prochaines lignes a aussi contribué à la croissance des micro-entreprises. En effet, les micro-entrepreneurs peuvent bénéficier de divers avantages fiscaux depuis la mise en application de ces dispositifs. De plus, il n’est plus nécessaire d’ouvrir un compte bancaire professionnel à partir du moment où le chiffre d’affaires est inférieur à 10 000 euros.

Le régime fiscal d’une micro-entreprise

Une micro-entreprise est dispensée de déclarer professionnellement ses bénéfices. Elles doivent déclarer le montant annuel des ventes brutes par le biais de la déclaration annuelle de revenus. Le bénéfice imposable est soumis au tarif fiscal sur le revenu. L’administration fiscale le détermine en appliquant une indemnité forfaitaire pour les dépenses d’entreprise.

Toutefois, un micro-entrepreneur peut choisir l’option d’un paiement de règlement de la taxe sur le revenu si son revenu imposable de référence pour l’année N-2 est inférieur ou égal à un seul de 26 764 euros pour une personne seule ou 53 528 euros pour un couple sans enfant.

Recevez les idées de business du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi et jeudi. Vous allez adorer !